Author: les2snoozes

Retour sur la troisième semaine de Lévis, Ville du Rock

Soirée #5, Lévis, Ville du Rock

Définitivement, plus les semaines se suivent et plus le calibre de la compétition grimpe. Cette semaine était d’une très haute qualité.

Vendredi, nous avons eu droit à un spectacle digne d’une demi-finale ou d’une finale dans le volet hommage avec les groupes THE SMALL THINGS (BLINK 182)THE UNTOUCHABLES (KORN) et THE SWEATERS (WEEZER). Samedi, le volet composition était à l’honneur avec SOUL ROCKET et GO TO WHITE CASTLE , alors que POUTINE SCIENCE se frottait à PRESS SHUFFLE dans le volet coverband.

Débutons par la soirée de vendredi. Tous les ingrédients étaient réunis pour nous donner la soirée la plus relevée de cette 5e édition. La foule était survoltée, très nombreuse et avec l’esprit à la fête. Le choix des hommages inspirait au défoulement  et  les musiciens se promenaient déguisés dans la foule avant de jouer leurs parties, bref, l’ambiance était à son comble.

THE SMALL THINGS

Je dois avouer que j’ai déjà assisté à une de leur performance. Ce groupe est brillant et très agréable à regarder. Les mimiques sont très semblables, l’habillement était ce qu’on s’attend lors d’un vrai concert de BLINK 182 et le son est pareil. Dès les trois premières chansons, on pouvait clairement sentir que ce groupe ferait tout pour gagner la compétition. Les voix étaient très similaires. Ce groupe était LE groupe pour ouvrir cette soirée. La réponse de la foule était parfaite. Ils dansent et chantent les paroles. Cet hommage n’a pas fini de faire parler de lui.

THE UNTOUCHABLES

Pour plusieurs musiciens, jouer du KORN, peu importe l’instrument, est un réel défi. Pas simplement à jouer les chansons, mais à bien les rendre. Ça demande beaucoup de travail. Je ne les connaissais pas. J’ai pu avoir un léger entretien avec le bassiste de la formation. Il vient tout juste de se joindre à l’hommage depuis moins d’une semaine, en fait. Je lui ai demandé de me parler de leur groupe. Il m’a montré le support à micro (en une pièce de bois) et désigné la chose à laquelle il souhaitait absolument que je porte attention : la voix du chanteur. Sur ces quelques mots, j’avais très hâte de les entendre.

Le groupe est fabuleux à voir sur scène. Ils sont habillés exactement comme les musiciens, leur son est identique au groupe avec une banque d’effets à la guitare à un cheveu près de l’exactitude (si ce n’est pas le cas), et une voix identique (et je le pense sincèrement) à Jonathan Davis. Leur présence sur scène est imposante, la foule était déchaînée. Je n’ai qu’un mot à dire : « Wow! ».

THE SWEATERS

Les régions de la Vieille Capitale et de Chaudière-Appalaches adorent WEEZER. Leur présence au Festival d’Été de Québec et à Woodstock en Beauce l’avait très bien démontré. Je peux clairement dire que cet hommage m’a fait tripper, notamment grâce aux costumes et, surtout, le fameux « W » illuminé. Leur présence est parfaite, le choix des pièces est parfait, l’interaction avec la foule est omniprésente. Avec eux, je sais ce qu’est un groupe hommage. C’est un groupe qui s’est tellement donné qu’on se demande réellement si on est dans une soirée hommage ou si je suis réellement devant le vrai groupe.

The Sweater

Le gagnant du volet hommage : THE SWEATERS (WEEZER)

 

Soirée #6

Parlons maintenant de la soirée de samedi. Après une soirée aussi haute en calibre et en émotion, cette soirée devait absolument se démarquer. Un seul mot peut bien décrire cette soirée, soit « unidirectionnelle ». Ce mot est à propos tant pour le volet composition que le volet coverband. Traitons tout d’abord du volet composition qui opposait SOUL ROCKET à GO TO WHITE CASTLE.

SOUL ROCKET

Débutons par leur origine. Ce groupe rock provient de Québec. Ce quatuor roule sa bosse depuis 2008. Leur son est intéressant, mais ma grande déception est leur communication avec le public. C’est la première fois que je vois un band rock où tout le monde était assis. Je me sentais comme si j’étais dans un restaurant « mid-range » et que j’entends de la musique d’ambiance et ce n’est pas du « house ». Je cherchais une étincelle et je n’en ai pas eu.

GO TO WHITE CASTLE

Ce groupe est le seul de la soirée dont j’avais du matériel à présenter lors de l’émission LES 2 SNOOZES jeudi dernier. Ce groupe était définitivement celui que la foule s’était déplacé pour voir au volet composition. Le seul sentiment que j’ai ressenti tout au long de leur performance est une claque dans la face avec un coup de bat de baseball. Ce groupe est intense. Par la puissance du nombre de musiciens, leur présence sur scène est très imposante. La communication avec le public est parfaite. Je n’ai que des bons mots à leur adresser. Ce groupe est dans les meilleurs de style « hardcore » de la scène underground que j’ai pu entendre.

Go to White Castle

Le gagnant du volet composition : GO TO WHITE CASTLE

 

Le volet coverband met en vedette deux groupes dont je n’ai jamais entendu parler auparavant. Dans une autre chronique, je me promets de vous parler d’un sujet qui me tient à cœur : avoir un band de musique 2.0. Les groupes en compétition sont POUTINE SCIENCE et  PRESS SHUFFLE.

POUTINE SCIENCE

Côté originalité, ce nom de groupe l’est à 100%. Je n’ai aucune attente sur cette formation. Le fait de débuter avec Tom Sawyer de RUSH surprend. Le chanteur « flashait » avec son chapeau de garde forestier et sa moustache de mousquetaire. Côté présence sur scène, il reste un peu de peaufinement à faire encore. Sur le plan du choix des chansons, je suis resté très surpris de leur sélection. Immigrant Song, War Pigs et j’en passe. Ce ne sont pas des chansons qu’on est habitués d’entendre en 2015 . Ils s’entendraient bien avec Jeff ‘N’ Roses du show Le Gros du Rock, présenté à CJMD 96,9. Ma seule déception, je dirais qu’elle aura été partagée avec la foule présente. À chaque nouvelle pièce (et je n’étais pas seulement surpris), je me demandais  comment elle allait sortir au final. Il y avait quelques erreurs techniques sur chaque chanson. Peut-être le stress.

PRESS SHUFFLE

Ce groupe est ma plus belle surprise de la soirée. Je pourrais quasiment comparer leur performance à celle du BOOGIE WONDER BAND. Ils ne reprennent que des hits des années ’90 et début 2000. Leur présence sur scène est rafraîchissante. Chacun des membres avait une partie de vêtement en fluo. La communication entre la foule et le chanteur est parfaite. Le choix des pièces également. Peu importe leur place dans le concours, je pense qu’ils ont une place dans la rotation des groupes à La p’tite grenouille 2.0 de Lévis.

Press Shuffle

Le gagnant du volet coverband : PRESS SHUFFLE

J’aimerais apporter une petite précision qui n’est pas en lien avec les groupes, mais plutôt avec la foule. Portez une petite attention à laisser  les côtés de la scène libres, autant pour que le staff puisse y accéder rapidement, mais aussi pour les gens qui sont assis aux banquettes sur les côtés. Je tiens également à remercier Patrice Pouliot et Jocelyn Gagné de La p’tite grenouille 2.0 de réserver une banquette pour CJMD 96,9.

Venez nous rencontrer ! Je vous remercie de me suivre semaine après semaine sur le site de la station. Vos commentaires sont toujours agréables à entendre.

 

À venir cette semaine…

À quoi devons-nous nous attendre pour la 4e semaine de Lévis ville du Rock? Tout d’abord le volet hommage. Les groupes OZZY SO CRAZY (OZZY OSBOURNE), THE HEAVEN (NIRVANA) et SWEET QUEEN ‘O’ MINE (GUNS ‘N’ ROSES) seront de la partie. Pour la Saint-Valentin, LE CARCAJOU et SWEET CAPORALS s’affronteront dans le volet composition tandis que les groupes HEARTBREAKERS et HIGHER DOWN croiseront le fer dans le volet coverband.

Cette fin de semaine de la St-Valentin à la petite grenouille pourrait enflammer vos cœurs et, qui sait,  peut-être rencontrerez-vous l’âme sœur rockeuse?

 

Mart ‘’Big Shot”

Chroniqueur musical @ Les 2 Snoozes (Lundi et Jeudi 19H –  CJMD FM 96.9)

 

Retour sur la deuxième semaine de Lévis, Ville du Rock

Soirée #3

Décidément, dame nature n’est pas clémente avec l’organisation. Encore une fois de la neige et des conditions routières difficiles. Les vrais « tripeux » sont de la partie et c’est une soirée haute en décibels vendredi, avec les hommages de Misfits, Sex Pistols et System of a down, qui est annoncée. J’ai même pu remarquer quelques fans fidèles arborant un habillement très proche du genre musical de la soirée.

Tout d’abord, The Brain Eaters et leur hommage à Misfits montent sur les planches du stage de La P’tite Grenouille 2.0 de Lévis.  Parlons du décor. Pierres tombales, rangées de crânes, dont le célèbre crâne vert, sont présents. La soirée débute avec une pièce d’orgue lente, pesante et, soudainement, les lumières s’allument et les plus grands hits de Misfits se succèdent les uns après les autres. Des crânes embrochés sur les manches de guitares et de basses, les faces maquillées et surtout, la couette léchée, tout y est. Le guitariste avait même des airs de Kerry King (Slayer). Personnellement, ce groupe m’a réellement montré ce que je veux voir d’un band hommage. La seule chose que je peux leur reprocher, c’est de n’avoir pu bien entendre la voix du chanteur. Musicalement, c’est très droit.

Ensuite, Johnnie Guinness, l’hommage à Sex Pistols. Je ne sais pas trop quoi dire sur cet hommage. Je me sentais un peu dans un concert de Stone Temple Pilots avec un Scott Weiland à jeun. C’était très droit, voir même trop. La gestuelle du chanteur est assez similaire au chanteur original, mais un point majeur m’a frappé: Les Sex Pistols étaient quatre alors que la formation ne comptait que 3 membres. J’ai vraiment adoré les pièces Anarchy in UK  et My Way,  qui est une reprise de Frank Sinatra. J’étais très étonné de voir que la foule connaissait certaines chansons de ce groupe qui n’est pourtant pas très connu dans la culture populaire.

Pour conclure cette soirée très allumée, Down with the System. Que dire sur eux? Tout d’abord, ils ont deux versions de groupe hommage : la première consacrée à Disturbed et l’autre, évidemment, à System of a Down. Côté mise en scène et décor, c’est très simple… il n’y en avait pas. Les musiciens n’avaient pas l’air de personnifier leurs personnages respectifs. Cependant, le chanteur avait quelques mimiques du chanteur de la formation Disturbed. Côté son, c’est assez imposant. Le son est presque pareil, la voix du chanteur est forte et puissante, la communication avec la foule passe très bien. Les rôles vocaux ont été bien suivis, il était agréable d’entendre le guitariste chanter les extraits de Daron Malakian. Mis à part quelques erreurs techniques ici et là, j’ai adoré écouter ce groupe.

Down with the system

Les gagnants de la soirée Hommage : Down with the System (hommage à System of a Down)

 

Soirée #4

Déjà le deuxième samedi de l’un des événements les plus suivis à Lévis, et ce sont les deux autres volets soit, composition et coverband, qui sont à l’honneur. Taos Hum affronte Jesters & Fools du côté composition tandis que Rock ‘N’ Shout et Les Pantouffes feront vibrer La P’tite Grenouille 2.0 dans le volet coverband.

Les hostilités sont lancées avec la formation Taos Hum. À la première écoute, un nom de band m’est venu en tête: Arctic Monkeys. Leur son est large, un peu expérimental. Je sens très nettement que ce groupe est toujours en évolution dans leur recherche identitaire. Un début un peu lent côté intensité des chansons, mais à la troisième chanson, là, j’ai dit : « Wow! ». Je trouve leurs chansons intéressantes, mais il reste encore des choses à peaufiner à mon humble avis. Un bon band à surveiller dans l’avenir.

Vient ensuite Jesters & Fools. Une chose est très claire pour moi, ce band sait interagir avec la foule. Aucune note n’a été jouée et le public était déjà très attentif à ce qui allait se passer. Un style très près d’un vieux Blink 182 et du très très vieux Sum 41 de l’époque de Makes No Difference, et une voix qui m’a fait penser a du  »pop emo » comme un ancien band local nommé My Own Reply. Sans être méchant, j’aime bien leur son et leur concept, mais il reste encore des ajustements à faire sur les chansons. Est-ce du stress? Je me promets d’aller les voir jouer à un prochain show en dehors des dates du concours afin de me donner une opinion claire. Côté réaction de la foule, je dirais que c’était assez 50/50.

Taos Hum

Les gagnants du volet composition : Taos Hum

 

Le volet coverband oppose deux groupes de styles totalement différents. Rock ‘N’ Shout, un groupe rock de Québec et Les Pantouffes, un groupe reprenant des succès québécois dans un style punk rock à la PÉNÉLOPE.

Commençons par Rock ‘N’ Shout. Une malchance est survenue dès le départ. La tête de l’amplificateur du guitariste a lâché. Heureusement, le chanteur en a profité pour discuter avec le public et ainsi expliquer ce qu’ils font le temps que la tête soit remplacée. Il est évident que le guitariste s’est senti stressé, mais s’est bien débrouillé tout au long de leur “set”. Leur style est très peu conventionnel, et s’éloigne de tous les groupes de coverband que j’ai pu entendre. Passant de Johnny B. Goode à Ghostbusters, pour ensuite faire du Black Sabbath et Iron Maiden, ce groupe fait danser et chanter la foule. Ça fait différent que d’entendre toujours les mêmes chansons, des mêmes groupes. Ma seule déception ? Suite au changement de la tête d’amplificateur, le son sur scène était inégal. Ce sont des choses qui arrivent.

Le dernier groupe à se produire sur scène est le groupe pour lequel j’avais le plus d’interrogations : Les Pantouffes. Dès les premières notes, je me suis senti comme une feuille qui se faisait souffler par un souffleur à gaz en automne, un solide coup de vent. D’un son très près de ce que le Projet K-Rock nous a souvent offert dans le passé avec des groupes comme PÉNÉLOPE, ERIC PANIC, LES PISTOLETS ROSES, WIDELOAD, je dois avouer que ce style me manquait beaucoup. Leur concept est très original : reprendre des succès tels que Journée d’Amérique, Entre l’ombre et la lumière, Si Dieu existe et j’en passe. Bien que le concept soit on ne peut plus original, le rythme du « set » s’avère un peu monotone, au sens où il n’y a aucune variation d’intensité. Tout est « accoté dans le prélart ». J’ai souvent éprouvé de la difficulté à reconnaître une chanson, jusqu’à ce que j’entende les paroles du refrain. Tout comme la foule, je me suis fait emporter dans un torrent de punk rock pur, mais je ne suis pas certain que trois « sets » de 45 minutes puissent garder l’intérêt du public. Ils seraient excellents pour ouvrir un show de punk rock avec un seul 45 minutes dans ce style.

Rock n' Shout

Les gagnants du volet coverband : Rock ‘N’ Shout

 

À venir : Semaine #3

À quoi devons-nous nous attendre pour la troisième fin de semaine de Lévis Ville du Rock?

Vendredi, pour le volet hommage, The Small Things (Blink 182), The Untouchables (Korn) et The Sweaters (Weezer) seront en compétition. Pour la soirée de samedi, Soul Rocket, un groupe rock de Québec, croisera le fer avec Go To White Castle, un groupe Death Metal Hardcore de Québec dans le volet composition. Pour le volet coverband, Poutine Science et Press shuffle seront de la partie.

Encore une autre belle fin de semaine remplie de décibels en vue!!!

C’est un rendez-vous!

Mart ‘’Big Shot »

Chroniqueur musical @ Les 2 Snoozes (Lundi et Jeudi 19H –  CJMD FM 96.9)

 

Retour sur la première semaine de Lévis, Ville du Rock

Lévis, Ville du Rock débute enfin et le premier week-end en fut tout un !

Tout a débuté vendredi sous un décor de boule de neige à l’extérieur. L’organisation et les groupes sont gonflés à bloc afin de nous livrer tout un spectacle. C’était la soirée des groupes hommage. Trois groupes étaient à l’honneur : Wheathered (Creed), Mobscene (Marilyn Manson) et Jester’s Tribute (In Flames). Mobscene ne faisait pas partie du concours. Ils remplaçaient un groupe qui a dû se désister à la dernière seconde.

Parlons de Wheatered. La plus belle force de ce groupe, c’est leur chanteur. Personnifiant un Scott Stapp plus récent sans sa crinière tombante au niveau des épaules, la ressemblance vocale est parfaite. Ma plus grande déception de ce groupe : l’image qu’on s’attend d’un band hommage n’y était pas. Lorsqu’on est un band hommage, certains points sont vitaux afin de bien différencier un band hommage d’un band coverband. Les musiciens doivent au minium ressembler aux musiciens qu’ils personnifient. Je ne parle pas d’avoir les mêmes tatouages, mais si par exemple, un guitariste a un mohawk et une barbiche, on s’attend à voir cet ensemble.  Je veux voir un décor, des musiciens qui se placent comme les musiciens qu’ils personnifient, un équipement de même modèle et une voix identique à l’original.

Beaucoup de groupes hommage ne se donnent pas la peine de respecter ce qui est, pour moi, la base de ce genre de groupe. Le vrai terme serait un coverband, qui fait plutôt une soirée spéciale à la saveur d’un groupe. Ce point est l’un des points qui sera jugé par le concours. Lors de son passage à l’émission Les 2 Snoozes, Mme Karina Charbonnier, juge en chef de l’événement, a confirmé que ce point sera très important dans l’évaluation des groupes.

Parlons maintenant des champions en titre du volet hommage de 2014, Mobscene. Ce groupe est l’image parfaite de ce à quoi nous nous attendions pour ce genre d’événement. Un décor très ressemblant, des costumes très bien faits, un son identique et une personification de chaque musicien. Tout y était. Même un casque avec des bois représentant un chevreuil et des cannes d’appoints! Une belle surprise et un léger clin d’œil  lors du spectacle : Paul Di Giacomo, chanteur de Never More Than Less et The Unplugged Band (qui ont remporté le volet coverband l’an dernier), est venu prêter main-forte à la soirée afin de nous offrir une version unique de la pièce The Dope Show. Je me sentais très privilégié d’avoir pu entendre cette version.

Pour finir cette première soirée de haut calibre; Jester’s Tribute. Je dois avouer qu’In Flames est un groupe qui me garde toujours en mode découverte. Tout d’abord, le décor et les costumes. Tout me semblait y être. J’avais très hâte de les entendre. Dès les premières notes, le seul mot qui m’est venu en tête est : Wow! Ce band sonne et bouge. Cependant, étant musicien, j’ai remarqué qu’il y avait encore quelques petites lacunes au niveau technique, mais que le commun des mortels n’entendra pas.

Creed

Le gagnant de la soirée : Weathered, hommage à Creed.

 

La soirée de samedi nous offrait les deux autres volets du concours : composition et coverband. Pain Relief et Dead Autopilot pour le volet composition tandis que Muddy Rock et Pimp Bizkit s’affrontaient pour le volet coverband.

Nous débutons cette soirée avec le groupe punk rock lévisien Pain Relief. Ils étaient présents à l’événement il y a deux ans et avaient fait une très bonne impression. Après avoir sauté une année, histoire d’enregistrer des nouvelles chansons, ce groupe a beaucoup progressé et on sent très clairement qu’ils ont travaillé leurs chansons. La première chose qui m’est venu en tête en les écoutant est : je veux jouer à Tony Hawk Pro Skater. Ce groupe dégage une très belle énergie et nous donne nettement le goût de sortir nos planches et d’aller faire des sauts. En les écoutant, je me suis rappelé un groupe de Charlesbourg : Not 4 Pigs. Vous voulez du vrai de vrai punk, vous ne serez pas déçus. Leur énergie sur scène est contagieuse, les riffs sont rapides et dignes de leur style. Cependant, j’aurais beaucoup aimé plus d’interaction avec le public.

Ensuite, Dead Autopilot. Ce groupe de style stoner de Québec proposera un album plus tard dans l’année. Propre à leur style, leur mélodie est lyrique et lente. En les écoutant, deux groupes me venaient en tête : Black Sabbath et Led Zeppelin. Leur musique ressemble beaucoup au genre de Black Sabbath tellement qu’à certains moments, je me suis mis à en fredonner. Ce qui m’a plu le plus de cette formation, c’est leur chanteur. Sa voix me fait énormément penser à celle d’un Robert Plant dans les bonnes années. Le mélange est intéressant. Peut-être un peu trop d’effets dans les solos, à mon humble avis, mais la recette tient.

Pain relief

Le gagnant du volet composition : Pain Relief

 

Après une heure de stoner, la formation Muddy Rock (un coverband qui interprète du rock des années 70 et 80) entre en scène. Je n’aurais pu choisir une meilleure chanson pour débuter le set qu’avec Crazy Train d’Ozzy Osbourne. Ça m’a « crinqué » et j’avais le goût de sauter partout, mais le chanteur n’a pas profité de cette belle occasion pour lever le poing et scander des « Hey » pour faire participer la foule, si bien que toute cette énergie fut rapidement consumée comme une balle de foin. C’est un très bon band de cover, le choix des chansons est très vibrant, mais l’interaction avec le public s’avère primordial dans ce genre de groupe.

Le dernier groupe à se produire lors de cette soirée était un groupe que j’avais très hâte d’écouter : Pimp Bizkit, de Montréal. L’animateur de la soirée a même annoncé que l’hommage à Korn et Limp Bizkit était composé de quasiment les mêmes musiciens. À quoi devions-nous attendre?

Débuter avec My Generation était génial. Leur énergie est intense. Korn, Limp Bizkit, Rage Against The Machine, Aaron Lewis étaient à l’honneur. Nous avons eu droit à toute une performance du batteur qui, en l’espace de quatre chansons, s’est mis à chanter du Eminem. De plus, il nous a gâté en interprétant même un duo Eminem et Dr Dre. Ce groupe  risque d’être à surveiller autant en coverband qu’en hommage. Ma seule déception est que le chanteur s’est uniquement exprimé en anglais à la foule. Personnellement, je n’ai aucun problème avec ça, mais je ne suis pas certain que la foule a compris les interventions.

 

Pimp Bizkit

Le gagnant du volet coverband : Pimp Bizkit

 

À quoi nous attendre pour ce deuxième week-end de Lévis ville du rock? Ce vendredi, Le punk pur sera à l’honneur avec l’hommage à Misfits par The Brain Eaters, Sex Pistols par Johnny Guinness et System of a Down par Down with the System. La soirée de samedi sera haute en musique avec Taos Hum, un band rock de Lévis qui croisera le fer avec Jesters & Fools, un groupe pop punk de Québec, dans le volet Composition. Les  Rock ‘N’ Shout seront de la partie avec leur rock de Québec contre Les Pantouffes, un coverband punk rock québecois de Rimouski.

 

Je vous invite à venir me voir avec ma casquette CJMD 96,9 FM.

 

C’est un rendez-vous!!!

10945498_10152605315941631_1691636606_n