Author: les2snoozes

Retour sur la première semaine de Lévis, Ville du Rock

Lévis, Ville du Rock débute enfin et le premier week-end en fut tout un !

Tout a débuté vendredi sous un décor de boule de neige à l’extérieur. L’organisation et les groupes sont gonflés à bloc afin de nous livrer tout un spectacle. C’était la soirée des groupes hommage. Trois groupes étaient à l’honneur : Wheathered (Creed), Mobscene (Marilyn Manson) et Jester’s Tribute (In Flames). Mobscene ne faisait pas partie du concours. Ils remplaçaient un groupe qui a dû se désister à la dernière seconde.

Parlons de Wheatered. La plus belle force de ce groupe, c’est leur chanteur. Personnifiant un Scott Stapp plus récent sans sa crinière tombante au niveau des épaules, la ressemblance vocale est parfaite. Ma plus grande déception de ce groupe : l’image qu’on s’attend d’un band hommage n’y était pas. Lorsqu’on est un band hommage, certains points sont vitaux afin de bien différencier un band hommage d’un band coverband. Les musiciens doivent au minium ressembler aux musiciens qu’ils personnifient. Je ne parle pas d’avoir les mêmes tatouages, mais si par exemple, un guitariste a un mohawk et une barbiche, on s’attend à voir cet ensemble.  Je veux voir un décor, des musiciens qui se placent comme les musiciens qu’ils personnifient, un équipement de même modèle et une voix identique à l’original.

Beaucoup de groupes hommage ne se donnent pas la peine de respecter ce qui est, pour moi, la base de ce genre de groupe. Le vrai terme serait un coverband, qui fait plutôt une soirée spéciale à la saveur d’un groupe. Ce point est l’un des points qui sera jugé par le concours. Lors de son passage à l’émission Les 2 Snoozes, Mme Karina Charbonnier, juge en chef de l’événement, a confirmé que ce point sera très important dans l’évaluation des groupes.

Parlons maintenant des champions en titre du volet hommage de 2014, Mobscene. Ce groupe est l’image parfaite de ce à quoi nous nous attendions pour ce genre d’événement. Un décor très ressemblant, des costumes très bien faits, un son identique et une personification de chaque musicien. Tout y était. Même un casque avec des bois représentant un chevreuil et des cannes d’appoints! Une belle surprise et un léger clin d’œil  lors du spectacle : Paul Di Giacomo, chanteur de Never More Than Less et The Unplugged Band (qui ont remporté le volet coverband l’an dernier), est venu prêter main-forte à la soirée afin de nous offrir une version unique de la pièce The Dope Show. Je me sentais très privilégié d’avoir pu entendre cette version.

Pour finir cette première soirée de haut calibre; Jester’s Tribute. Je dois avouer qu’In Flames est un groupe qui me garde toujours en mode découverte. Tout d’abord, le décor et les costumes. Tout me semblait y être. J’avais très hâte de les entendre. Dès les premières notes, le seul mot qui m’est venu en tête est : Wow! Ce band sonne et bouge. Cependant, étant musicien, j’ai remarqué qu’il y avait encore quelques petites lacunes au niveau technique, mais que le commun des mortels n’entendra pas.

Creed

Le gagnant de la soirée : Weathered, hommage à Creed.

 

La soirée de samedi nous offrait les deux autres volets du concours : composition et coverband. Pain Relief et Dead Autopilot pour le volet composition tandis que Muddy Rock et Pimp Bizkit s’affrontaient pour le volet coverband.

Nous débutons cette soirée avec le groupe punk rock lévisien Pain Relief. Ils étaient présents à l’événement il y a deux ans et avaient fait une très bonne impression. Après avoir sauté une année, histoire d’enregistrer des nouvelles chansons, ce groupe a beaucoup progressé et on sent très clairement qu’ils ont travaillé leurs chansons. La première chose qui m’est venu en tête en les écoutant est : je veux jouer à Tony Hawk Pro Skater. Ce groupe dégage une très belle énergie et nous donne nettement le goût de sortir nos planches et d’aller faire des sauts. En les écoutant, je me suis rappelé un groupe de Charlesbourg : Not 4 Pigs. Vous voulez du vrai de vrai punk, vous ne serez pas déçus. Leur énergie sur scène est contagieuse, les riffs sont rapides et dignes de leur style. Cependant, j’aurais beaucoup aimé plus d’interaction avec le public.

Ensuite, Dead Autopilot. Ce groupe de style stoner de Québec proposera un album plus tard dans l’année. Propre à leur style, leur mélodie est lyrique et lente. En les écoutant, deux groupes me venaient en tête : Black Sabbath et Led Zeppelin. Leur musique ressemble beaucoup au genre de Black Sabbath tellement qu’à certains moments, je me suis mis à en fredonner. Ce qui m’a plu le plus de cette formation, c’est leur chanteur. Sa voix me fait énormément penser à celle d’un Robert Plant dans les bonnes années. Le mélange est intéressant. Peut-être un peu trop d’effets dans les solos, à mon humble avis, mais la recette tient.

Pain relief

Le gagnant du volet composition : Pain Relief

 

Après une heure de stoner, la formation Muddy Rock (un coverband qui interprète du rock des années 70 et 80) entre en scène. Je n’aurais pu choisir une meilleure chanson pour débuter le set qu’avec Crazy Train d’Ozzy Osbourne. Ça m’a « crinqué » et j’avais le goût de sauter partout, mais le chanteur n’a pas profité de cette belle occasion pour lever le poing et scander des « Hey » pour faire participer la foule, si bien que toute cette énergie fut rapidement consumée comme une balle de foin. C’est un très bon band de cover, le choix des chansons est très vibrant, mais l’interaction avec le public s’avère primordial dans ce genre de groupe.

Le dernier groupe à se produire lors de cette soirée était un groupe que j’avais très hâte d’écouter : Pimp Bizkit, de Montréal. L’animateur de la soirée a même annoncé que l’hommage à Korn et Limp Bizkit était composé de quasiment les mêmes musiciens. À quoi devions-nous attendre?

Débuter avec My Generation était génial. Leur énergie est intense. Korn, Limp Bizkit, Rage Against The Machine, Aaron Lewis étaient à l’honneur. Nous avons eu droit à toute une performance du batteur qui, en l’espace de quatre chansons, s’est mis à chanter du Eminem. De plus, il nous a gâté en interprétant même un duo Eminem et Dr Dre. Ce groupe  risque d’être à surveiller autant en coverband qu’en hommage. Ma seule déception est que le chanteur s’est uniquement exprimé en anglais à la foule. Personnellement, je n’ai aucun problème avec ça, mais je ne suis pas certain que la foule a compris les interventions.

 

Pimp Bizkit

Le gagnant du volet coverband : Pimp Bizkit

 

À quoi nous attendre pour ce deuxième week-end de Lévis ville du rock? Ce vendredi, Le punk pur sera à l’honneur avec l’hommage à Misfits par The Brain Eaters, Sex Pistols par Johnny Guinness et System of a Down par Down with the System. La soirée de samedi sera haute en musique avec Taos Hum, un band rock de Lévis qui croisera le fer avec Jesters & Fools, un groupe pop punk de Québec, dans le volet Composition. Les  Rock ‘N’ Shout seront de la partie avec leur rock de Québec contre Les Pantouffes, un coverband punk rock québecois de Rimouski.

 

Je vous invite à venir me voir avec ma casquette CJMD 96,9 FM.

 

C’est un rendez-vous!!!

10945498_10152605315941631_1691636606_n